Visite du centre historique de Kopstal – 11 juillet 2021

>> Les photos apparaissent ci-dessous, derrière le texte.

Par beau temps de randonnée, environ 45 personnes se sont retrouvées à Bridel le 11 juillet 2021 pour faire le tour de la commune de Kopstal à l'invitation de l'association « Koplescht - fréier an hott ».

La visite a commencé au cimetière de Bridel, dont le parking est encadré d'arbres de différentes espèces. Le tilleul, planté en 1989 dans le cadre des festivités des 150 ans de l'indépendance du Grand-Duché, y a une place d’honneur. Les tilleuls ont besoin de beaucoup d'espace pour se développer et sont donc moins fréquents en forêt. Le calvaire devant la garderie, le "Briddelskräiz", se trouvait jusqu'aux années 1950 à la bifurcation de la rue de Schoenfels et de la route de Luxembourg. On ne sait pas quand et par qui la croix a été érigée.

Sous la direction experte de Jean Weiss, le groupe a exploré la forêt entre le cimetière de Bridel et l'ancienne maison de retraite de Kopstal, actuellement un établissement Caritas. Entre autres, des traces d'un pic et les conséquences du reboisement rapide après les tempêtes dévastatrices de l'hiver 1990 ont pu être observées. Jean Weiss a souligné qu'une forêt, si elle pouvait évoluer librement, serait une machine de recyclage parfaite. Les allées qui sont tracées à travers la forêt pour la gestion forestière mécanique ont été un autre sujet de discussion. Plus près de la Mamer, on aperçoit les dégâts causés par l'érosion qu'un filet qui descend de Bridel laisse derrière lui lorsqu'il se gonfle en torrent agité après une tempête.

À Kopstal, Jos Junck a indiqué les chemins qui, pendant des siècles, ont relié la forteresse de Luxembourg au nord-ouest avec les environs. Le chemin de Kehlen a conduit du Rollingergrund à travers la forêt dans la vallée de Mamer. Le passage a été interdit plus tard par la ruse d’un riverain malveillant. Dans le centre historique de Kopstal, dans la "Kräizgaass", Jos Junck a montré le site de la première église de Kopstal, une chapelle avec un petit cimetière, emplacement aujourd'hui occupé par des maisons, en partie sur les fondations de l'ancienne église St Nicolas. La raison pour laquelle les gens se sont installés sur cette pente raide, exposée au soleil pendant un peu plus d'une heure seulement en hiver, s'explique probablement par le fait que les premiers habitants ont été chargés par les seigneurs de la forteresse d’entretenir une importante route de liaison entre la ville et l’abbaye de Marienthal respectivement les sites industriels autour d'Ansembourg. De plus, des pierres de tuf de la vallée de Mamer ont été apportées dans la ville pour la construction de la deuxième enceinte.

Dans la "Kräizgaass", la cloche de la première église de Kopstal est toujours exposée. La tête d'asile dans le mur de l'ancien cimetière est intéressante : les hors-la-loi pouvaient rester ici quelques semaines pendant qu'ils étaient protégés des forces policières. Dans la pratique, cependant, cela n'était possible que si la population se tenait à leurs côtés et pourvoyait à leurs besoins.

Le chemin du retour à Bridel passait devant le « Méchelskräiz » et un tilleul de plus de deux cents ans, qui a donné son nom à la rue. L'inscription sur la croix désigne le couple Wilhelm et Marie Bellion-Michels, qui se marièrent en 1796 et devinrent parents de sept enfants. L'occasion à laquelle la croix a été érigée en 1814 n'est pas connue. Les participants au tour étaient majoritairement d’avis que les calvaires appartenaient au patrimoine culturel d'une communauté villageoise et que la commune devrait pouvoir les entretenir.

A la fin de la visite, les participants étaient visiblement heureux d'avoir pu à nouveau participer à une activité du club après une longue période de renoncement.


© Koplescht - fréier an hott, 2021